Intérêt de la technologie blockchain

La blockchain est un protocole qui permet de constituer un registre crypté et distribué dans le cloud. Ces caractéristiques en font un registre en principe inviolable. C’est en quoi il est intrinsèquement plus sécurisé qu’une base de données traditionnelle dans laquelle on peut modifier les enregistrements dès lors qu’on possède les codes d’accès.

La blockchain a été développée initialement comme une sous-couche des crypto monnaies, Bitcoin et consorts. Elle présente en fait un intérêt dans de nombreux services basés sur des transactions : gestion des droits, chaine d’approvisionnement, vérification d’identité…

La blockchain en est à un stade préindustriel. Il existe encore des questions techniques non résolues concernant notamment le passage à l’échelle et aussi des questions de gouvernance pour prévenir voire corriger des erreurs résultant d’actions malveillantes.

On peut faire l’hypothèse que ces problèmes seront vraisemblablement résolus à moyen terme car l’intérêt est réel dans le but de garantir de nombreux types de transactions et facilement les tracer. C’est le pari des grandes sociétés (les GAFA et aussi les leaders mondiaux de l’informatique) et des investisseurs qui investissent des milliards de dollars – ça se passe beaucoup aux US – chaque année dans le développement de cette technologie et l’expérimentation de cas d’usage. Quelques exemples devraient rendre le sujet plus concret.

Dans la distribution, Carrefour se félicitait en juin 2019 d’une hausse des ventes des produits gérés à l’aide d’une blockchain (1). Le distributeur utilise cette technologie pour rassurer les consommateurs sur la provenance de produits alimentaires. Testée depuis plusieurs mois dans les magasins, la blockchain qui est destinée à rassurer les consommateurs sur la provenance de produits alimentaires semble avoir séduit tant le distributeur que les consommateurs. Carrefour tire un premier bilan positif de l’expérimentation. Le groupe a en effet annoncé, lors d’une conférence relayée par Reuters, avoir vu ses ventes augmenter grâce à l’utilisation de la technologie. De quoi prolonger et même renforcer l’expérience, jusqu’à la pérenniser dans le temps.

Pour mémoire, Carrefour, Nestlé et IBM ont collaboré pour permettre aux clients de la grande surface, en flashant un simple QR code sur l’emballage des produits, d’avoir accès « à des données relatives aux différentes étapes de la vie du produit : production, composition du produit avec les variétés de pommes de terre utilisées, les contrôles qualité, les inspections, les dates et lieux de stockage avant la mise en rayon, l’acheminement vers les entrepôts, etc. », confiait récemment au site Clubic Luca Comparini, responsable blockchain pour IBM France.

La blockchain présente aussi des intérêts dans le domaine de la banque de détail. Le grand cabinet de stratégie Mac Kinsey a publié en juin 2019 un article sur le sujet (2).

Pour les transferts d’argent à l’international (environ 600 milliards de dollars par an), grâce à la blockchain le service devient plus transparent, inviolable et bien moins onéreux. McKinsey estime que la blockchain appliquée aux paiements transfrontaliers pourrait économiser environ 4 milliards de dollars par an. De grandes banques expérimentent la technologie et ont lancé le Interbank Information Network (IIN) qui repose sur la blockchain.

La lutte contre la fraude est un autre domaine d’intérêt. Au global les banques perdent de 15 à 20 milliards de dollars à cause d’identités falsifiées. En outre, les régulateurs sont de plus en plus exigeants sur la traçabilité des transactions pour lutter contre le blanchiment d’argent. La blockchain présente un grand avantage parce qu’elle identifie naturellement de manière sûre et unique chaque personne. Elle permet en fait de construire des solutions facilement intégrables et maintenables, à condition de résoudre le problème actuel de passage à l’échelle.

Des secteurs très diversifiés explorent le potentiel de la blockchain : l’assurance, la billetterie (voyage, hôtellerie), la location de voiture (et l’auto-partage), la gestion des droits et des royalties (droits d’auteur), l’aide aux réfugiés (identification des personnes et suivi des aides) etc. C’est pourquoi la blockchain, ou plutôt devrait-on dire les blockchains parce qu’il existe de multiples implémentations, sont un thème stratégique pour le futur d’Internet pour peu que les problèmes de passage à l’échelle et de gouvernance soient résolus dans un futur moyen-proche.

 

  1. https://www.clubic.com/pro/actualite-e-business/blockchain/actualite-858996-blockchain-carrefour-felicite-hausse-ventes-produits.html
  2. https://www.mckinsey.com/industries/financial-services/our-insights/blockchain-and-retail-banking-making-the-connection?cid=other-eml-alt-mip-mck&hlkid=29e588d7326a43cbb57f97a326cfd2a5&hctky=2655293&hdpid=d5924df5-40b8-4203-afe5-2ce90b39e926